L’harmonisation de l’âge du départ à la retraite des personnels de santé était l’une de leurs revendications phares. Dans leurs réguliers préavis de grève agressés aux autorités sanitaires et policières, ils dénonçaient entre autres, la non harmonisation de l’âge de départ à la retraite. Lequel s’effectuait selon eux, « à plusieurs vitesses : 50 ans, 55 ans, 60 ans, 65 ans, 68 ans pour certains. D’autres, sans limites ». Pourtant, l’article 124 des statuts de la Fonction publique lui, limitait l’âge pour l’admission à la retraite du fonctionnaire des catégories C et D à 50 ans et 55 ans pour celle A et B.

Depuis le vendredi 3 juillet 2020, Paul Biya a donc cédé à cette doléance que soutenaient les syndicalistes, le Minsanté, le Minfopra et le ministère du Travail et de la sécurité sociale. En effet, le décret présidentiel rendu public stipule que l’âge de départ à la retraite des fonctionnaires de la santé publique est désormais de 60 ans pour les personnels des catégories A et B et de 55 ans pour les personnels des catégories C et D.

Paul Biya y indique aussi que cette mesure est étendue au personnel des corps de la santé publique qui bénéficie à la date d’entrée en vigueur de ce décret, d’une prolongation formelle d’activité valide. « Nous attendons ce texte depuis. C’est une joie et nous disons merci au président de la République », a réagi Sylvain Nga Onana, président du syndicat national des personnels des établissements et entreprises du secteur de la santé du Cameroun (CAP/Santé). A en croire ce dernier, « Le relèvement de l’âge de départ à la retraite va nous permettre de mieux nous épanouir dans nos différentes professions, dans nos différents corps de métiers ».

Joie mitigée

Si à unanimité, ces fonctionnaires du corps de la Santé publique et celui du personnel médical et paramédical de l’État saluent cette « bonne avancée », certains affichent une joie mitigée car y voient une certaine injustice. Et pour cause, « Pourquoi certains vont à la retraite à 55 ans et d’autres à 60 ans ? », s’insurge Sylvain Nga Onana. Pour eux, Paul Biya aurait dû harmoniser la retraite de tous les personnels de santé à 60 ans.

Revalorisation des salaires et plateau technique

Et ce n’est pas tout. Selon eux, certaines revendications clés n’ont pas été résolues. Au rang de celles-ci, le relèvement du plateau technique des formations sanitaires publiques.  Parce que « Si les plateaux techniques sont mis à jour, le Cameroun serait notre fierté », indique le syndicaliste. Aussi, « On attend la revalorisation des salaires, des primes des personnels, la contractualisation massive des personnels saisonniers et temporaires des formations sanitaires publiques, le respect scrupuleux des textes en matières de quotte parts et motivations pour l’effectivité d’un travail décent dans le domaine de la santé », a listé ce dernier.

Hommage

En rappel, dans son discours à la nation le 19 mai 2020, le président de la République avait rendu hommage à ces personnels engagés dans la lutte contre la pandémie au nouveau coronavirus qui a déjà fait 12 592 cas confirmés et 328 décès au Cameroun. « Je tiens à saluer l’extrême courage du corps médical camerounais et de ceux qui l’assistent. Avec les moyens qui sont les nôtres, ils font le maximum pour soigner les personnes infectées », avait reconnu Paul Biya. Et ce dernier poursuivait : « ils ne baissent pas les bras face à la gravité de l’infection au COVID-19. La Nation, par ma voix, les en félicite et les encourage à persévérer dans cette voie ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here