Cameroun. Les morsures de serpent font 8 morts pour 642 cas notifiés

(L’urgentiste.com)- A la date du 28 février 2022, le Cameroun a enregistré 642 cas des morsures de serpent pour huit décès sur l’ensemble de son territoire. Selon le ministère de la Santé publique (Minsanté) de qui sont ces chiffres, le pays compte depuis le début de l’année en cours, un seul cas de rage avec décès suite à une morsure de chien. Pour la méningite, malgré quelques alertes, aucun cas n’a été confirmé, rassure le Dr Linda Esso, sous-directeur chargé de la lutte contre les épidémies et les pandémies au Minsanté. En présentant la situation épidémiologique du Cameroun le 3 mars dernier à Yaoundé, ses données présentées confirment la présence au Cameroun actuellement, de 5 épidémies.

Il s’agit de la rougeole (134 cas confirmés depuis janvier 2022), la fièvre jaune (46 cas déclarés depuis 2021) dont la majorité des victimes se recrute parmi les enfants non vaccinés. Pour la variole du singe (Monkey Pox), l’on dénombre 36 cas et un décès depuis le 28 janvier 2022.  Pour le Choléra, 1693 cas ont été notifiés dans les régions en épidémie, pour 50 décès et un taux de létalité à 2,8%. L’épidémie a été déclarée le 29 octobre 2021 à Ekondo Titi dans le Sud-Ouest. C’est la plus affectée par cette maladie diarrhéique, avec près de 1320 cas.

Le Nord, Littoral, Sud, l’Extrême-Nord et le Sud-Ouest sont les cinq régions actives. « Au regard de la courbe épidémiologique, la maladie est en baisse. Mais, il faut savoir que le choléra connaît généralement des flambées avec les pluies qui sont actuellement de retour. Il faut donc renforcer la surveillance», indique le Dr Esso dans les colonnes du quotidien national Cameroon Tribune. Le Covid-19 n’est pas en reste. Depuis plusieurs semaines, on note une dimunition de nouveaux cas positifs. Les chiffres actuels font état de 62 cas seulement notifiés, deux personnes hospitalisées et aucune résurgence dans les Districts de Santé. Selon le Minsanté, la situation est maîtrisée et sous contrôle.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *