Cameroun. Le choléra tue une quarantaine de personnes en un mois

(Lurgentiste.com)– Entre octobre 2021 et octobre 2022, l’épidémie de choléra a fait 243 morts au Cameroun. D’après les dernières données sur la maladie révélées le 29 septembre par le ministre de la Santé publique (Minsanté), cette maladie a fait 43 décès au cours du seul mois d’août 2022. L’épidémie est active dans les régions du Centre, du Littoral et de l’Ouest. Le communiqué du gouvernement publié à l’issue du conseil de cabinet tenu le 29 septembre dernier indique que « La réponse visant à enrayer cette maladie repose sur les investigations approfondies, la désinfection des ménages et les activités communautaires de sensibilisation ».

Et dans le même temps, « la prise en charge gratuite des malades se poursuit ainsi que la vaccination dans certains districts de santé », poursuit le document. De son côté, le Premier ministre, Joseph Dion Ngute, a instruit d’améliorer le taux de couverture vaccinale contre la maladie et d’intensifier les activités communautaires de sensibilisation à l’égard de cette « urgence sanitaire ».

Sauf que, d’après les épidémiologistes et spécialistes de la santé publique, le moyen le plus efficace pour lutter contre cette maladie est l’accès à l’eau potable pour les populations et l’assainissement de l’environnement. D’autant plus que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) alerte sur cette maladie diarrhéique. Elle constate « une recrudescence inquiétante des épidémies de choléra dans le monde entier au cours de l’année écoulée » après des années de déclin.

Plus inquiétant encore, « Non seulement il y a un plus grand nombre d’épidémies, mais les épidémies elles-mêmes sont plus importantes et plus meurtrières », a déclaré lors d’un point de presse à Genève, Philippe Barboza, le chef d’équipe de l’OMS pour le choléra et les maladies diarrhéiques épidémiques.

Olive Atangana

Journaliste diplômée de l'École supérieure des sciences et techniques de l'information et de communication (Esstic) au Cameroun. Passionnée et spécialisée des questions de santé publique et épidémiologie. Ambassadrice de la lutte contre le paludisme au Cameroun, pour le compte des médias. Etudiante en master professionnel, sur la Communication en Santé et environnement. Membre de plusieurs associations de Santé et Politique, dont la Fédération mondiale des journalistes scientifiques (WFSJ) et le Club des journalistes politiques du Cameroun (Club Po). Très active sur mes comptes Tweeter et Facebook.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *