Le Dr Hans Henry, directeur régional de l’OMS Europe la trouve efficience et demande à l’Occident de s’abreuver à ce modèle.

Au 11 décembre 2020 et après 8 mois de lutte contre le Covid-19, les statistiques officiels communiqué par le ministre de la Santé publique Manaouda Malachie faisaient état de 25 087 cas confirmés, 443 décès, d’un taux de guérison 95% et de 23 851 rémissions. Des résultats obtenus parce que « Les autorités publiques et médicales ont opté pour un meilleur protocole qu’en Occident », soutien le Dr Hans Henry P. Kluge, Directeur régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Europe.

C’est que, la gestion de la pandémie de Covid-19 au Cameroun séduit en Europe. Elle vient d’ailleurs d’être saluée et montrée en exemple par le Dr Hans Henry. Celui qui a acquis 25 années de la pratique médicale et de la santé publique trouve cette gestion efficiente et demande à l’Occident de prendre exemple sur le Cameroun. « Il est incorrect de croire que le faible taux de contamination ou de décès dû à la Covid-19 dans ce pays relève du miracle. Reconnaissons-le. Copions juste en toute humilité », a-t-il déclaré. En réalité, « Le Cameroun s’est frayé sa route à travers le Président de la République et nous ne pouvons qu’être fier de ce qui a été fait », fait savoir Manaouda Malachie sur les antennes de la Crtv.

En effet, «Au moment où les occidentaux renvoyaient les personnes contaminées s’auto-confiner dans leurs appartements etc, en Afrique en général et au Cameroun en particulier, l’Etat avait opté de dépister, d’isoler les malades, même asymptomatiques, dans des centres spécialisés et n’attendait pas l’auto guérison comme en Europe, mais avait opté pour plusieurs types de traitements », argumente ce belge diplômé en médecine, chirurgie et obstétrique de l’Université Catholique de Louvain. A propos de ce protocole de soins, « Le Cameroun en a un qui produit ses effets puisque nous somme à plus de 95% en termes de taux de guérison », indique le Minsanté.

Polémique

Une stratégie mise en place par Paul Biya qui « montre à travers le monde que l’Afrique peut aussi être numéro 1. Bravo donc au numéro 1 mondial dans la gestion de la pandémie de Covid-19 », fait savoir le Dr Henry Hans. Ce dernier ne tarit pas d’éloges à l’endroit du Président de la République. « Qu’on l’aime ou pas, il faut reconnaître en monsieur Paul Biya la sagesse et la pertinence au service du bien-être de son pays », soutien celui qui est à la tête de l’OMS Europe depuis le 1er février 2020.

Sauf qu’à côté de ces résultats sanitaires qui suscitent l’admiration occidentale (nombre de malades et de décès relativement bas), il persiste une polémique sur la transparence dans la gestion des fonds relatifs à cette crise sanitaire au Cameroun. Notamment, la passation des marchés publics qui pour le député Jean Michel Nintcheu, est entachée d’irrégularités, d’opacité, de surfacturation et de conflits d’intérêts au sein du Minsanté.

Les nombreuses sorties du Minsanté n’ont jusqu’ici, pas réussi à dissiper ces doutes. Par ailleurs, en mars dernier, Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé le fait que les journalistes n’ont pas accès aux informations. Huit mois après, les autorités ont limité l’accès à l’information à une poignée de journalistes « presque tous contrôlés ou proches du pouvoir », notait Arnaud Froger.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here