Entre coûts financiers exorbitants et souffrances psychologiques, la liste des déboires est loin d’être exhaustive.

Par une après-midi chaude du mois de janvier 2019, Maxime a la mine défaite, le regard hagard. C’est à peine s’il réalise qu’une dizaine de paires d’yeux sont rivés sur lui. Il faut alors opérer une légère pression sur sa main, pour qu’il prenne conscience que c’est son tour de parole. « Excusez-moi. Je suis un peu confus. Je vis un calvaire depuis des mois. Ma petite sœur a un cancer du sein et c’est terrible à vivre. Les souffrances sont atroces. Personne ne parvient à dormir chez nous. Elle pleure toute la nuit parce que la douleur est insupportable. On nous a expliqué que ça ira mieux lorsqu’elle va commencer la chimio thérapie mais pour le moment, c’est beaucoup de souffrance », finit-il par confier à l’assistance faite d’intimes. Une situation rendu d’autant plus douloureuse que la malade n’est âgée que de 30 ans. « C’est tellement pénible de la voir souffrir, sans pouvoir l’aider dans cette douleur », lâche-t-il dépité.

En fait, voilà un an que Francine souffre d’un cancer du sein. Tout part d’une douleur anodine au sein. Au départ anodine, elle est devenue atroce au fils du temps. Après examens, il lui a été diagnostiqué un cancer de type 2. « Immédiatement, il a été question de la mettre sous chimiothérapie. Toutes les trois semaines elle suit le traitement. Il y’a eu un Premier protocole qui n’a pas marché et depuis trois mois, elle suit un deuxième protocole dont les résultats semblent satisfaisants selon les médecins », relate ce dernier. Sauf que, sur le plan financier, les dépenses liées au traitement de Francine sont exorbitantes pour cette famille à revenus modestes. « C’est vraiment difficile tant pour elle que pour l’entourage. C’est une séance après trois semaines. Le coût est d’environ 120000 Fcfa par séance y compris les frais d’hospitalisation. Donc à ce jour nous sommes à près de 2 000 000 de dépenses puisqu’elle en est à 10 séances », explique Maxime. C’est que, de manière détaillée, les produits coûtent 90 000 Fcfa et l’hospitalisation 25 000Fcfa. Hors de portée des couches sociales défavorisées en somme.

Traitement

Pour Francine, difficile de déterminer la durée de son traitement. « Ça dépend de l’évolution de la tumeur. Elle doit se décoller des tissus afin d’entrevoir une opération qui peut être soit l’ablation totale du sein, soit l’extraction de la tumeur. Même si cela peut également disparaître sans nécessiter d’opération ; ce que nous souhaitons », explique Maxime. L’aspect psychologique du cas de celle qui a été contrainte d’abandonner son poste dans une structure de la place n’en est pas moins dramatique. « C’est vraiment difficile tant pour elle que pour son entourage que nous sommes. Elle souffre tellement pendant les séances et après elle en a pour 2 ou trois jours d’indisposition. Plus d’une fois, elle a vu quelqu’un dans sa chambre passer de vie à trépas. Ce qui la traumatise. De plus, elle doit faire désormais attention à son alimentation. Ce qui n’est pas évident », confie le frère. Ce jeune cadre d’entreprise implore à présent l’intervention divine, pour opérer un miracle face à cette situation. « Nous nous en remettons vraiment à Dieu au-delà de la médecine à qui faisons certes confiance afin que cette page triste tourne ».

Coûts

Selon certains oncologues, les coûts pour le traitement du cancer ne sont pas standards. Ils varient en fonction de l’option thérapeutique et des molécules. « Cela dépend du type de traitement retenu en définitive. Chirurgie, médicaments, chimiothérapie, radiothérapie ou tous combiné. Il y a aussi l’aspect du stade de la maladie et les critères déterminants pour le traitement. Donc, le coût. On va du stade un au stade 5. C’est à dire du local aux métastases pluri-organiques », explique Stella Adamou, présidente d’une fondation qui lutte contre les cancers en général, basée aux USA. Les informations glanées auprès des responsables de certaines formations sanitaires révèlent que pour le cancer de sein, le malade doit débourser 150.000 Fcfa pour les examens. Ensuite, la radiothérapie coûte en moyenne 250.000 Fcfa, alors que la chirurgie est facturée 300.000 Fcfa. L’intervention chirurgicale est aussi recommandée à la majorité des patientes du cancer du col de l’utérus. L’opération coûte en moyenne 500.000 Fcfa. Mais dans d’autres cas, le cout du traitement peut s’élever à 2 millions de Fcfa, en fonction du stade de la maladie.

Manifestations

Au Cameroun, les cancers du sein (21,3%), et du col de l’utérus (23,2%), sont ceux dont souffrent davantage les femmes. Selon un oncologue, le cancer du sein se manifeste par l’apparition des œdèmes sur la peau et l’apparition des ganglions au niveau du cou. Il concerne principalement les femmes en âge de procréation, mais surtout celles qui ont déjà atteint l’âge de ménopause et la tranche d’âge se situe entre 45 et 75 ans. Le cancer du col de l’utérus lui, se manifeste par une petite plaie au niveau de l’utérus. Lorsque la plaie évolue, il y a un saignement spontané provoqué soit par la toilette intime, soit par les rapports sexuels. La patiente peut ressentir des douleurs pelviennes au fur et à mesure que la maladie évolue. Généralement, le col de l’utérus cause des problèmes urinaires et des constipations. Le mal est tout aussi grave que le cancer de sein.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here