Cavaye Yéguié Djibril: "La mise en route de la Couverture Santé Universelle est également un chantier très attendu".

Le Président de l’Assemblée nationale (PAN) l’a réitéré à l’ouverture des travaux de la 3e session ordinaire de l’année législative 2020.

Des chantiers particuliers attendent le Cameroun en 2021. Du haut de son perchoir le 12 novembre dernier, Cavaye Yéguié Djibril les a tous passé en revue. Dans ce registre, figure la Couverture santé universelle (CSU). Le discours d’ouverture des travaux de la 3e session ordinaire de l’année législative 2020 du Président de l’assemblée nationale (PAN) n’a pas manqué de le souligner, tout en insistant sur la nécessité d’accélérer ce processus.

 « Au-delà de la poursuite de la lutte contre le Coronavirus, la mise en route de la Couverture Santé Universelle est également un chantier très attendu », a indiqué Cavaye Yéguié Djribril. En rappel, le gouvernement camerounais a sollicité une co-entreprise Coréenne pour implémenter cet ambitieux projet au Cameroun. Un contrat de partenariat public-privé, en vue de sa mise en œuvre dans le pays a été signé le 27 août 2020 à Yaoundé avec la société Santé universelle Cameroun (Sucam SA).

Cette entreprise présentée comme le fruit d’un joint-venture entre investisseurs camerounais et coréens, aura pour missions principales « l’implémentation d’un système de couverture santé universelle au Cameroun et la réalisation de toutes les opérations commerciales et financières y afférentes ». D’autres paramètres comme « la collecte des contributions sociales du secteur informel, la mise en commun des fonds dédiés à la gestion de la couverture santé universelle, le conventionnement des formations sanitaires publiques et privées, le contrôle médical et le paiement des factures des prestataires agréés, ainsi que le suivi-évaluation des prestataires de soins et services de santé » ne sont pas en reste.

La CSU est la disponibilité des soins de santé de qualité et à moindre coût sur toute l’étendue du territoire national à chaque individu. Ses principes directeurs sont l’universalité, la solidarité nationale, la responsabilité générale de l’Etat et l’affiliation obligatoire. Le but de cette CSU voulu par le président de la République Paul Biya vise l’accessibilité des services de santé sans encourir de difficultés financières à tous les individus. Ce qui passe par un système de santé solide, efficace, des soins à un coût abordable et l’accès aux médicaments et technologies médicales.

Pour mémoire, seulement 6,46% de la population camerounaise est couverte par un mécanisme de protection sociale en santé. Et dans le système de santé actuel, 70% des dépenses de santé sont supportées par un faible pourcentage de la population constituée des malades et leurs familles proches. A noter que cette CSU initialement prévu pour être mis en place au Cameroun depuis 2018, coûterait environ 1 300 milliards FCFA à l’État, pour un paquet de soins et services comprenant 185 interventions et 101 sous-interventions.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here