La ménopause dont la journée mondiale se célèbre ce 10 octobre est synonyme de changement. Bouffées de chaleur, arrêt des règles et fragilité osseuse sont ses symptômes les plus caractéristiques. D’autres, moins connus comme la sécheresse vaginale ou les fuites urinaires, sont source de gêne quotidienne. Des précautions peuvent être prises et des traitements existent. Astuces pour bien vivre sa ménopause.

La ménopause définit la période où l’organisme de la femme cesse de sécréter des hormones, entraînant ainsi l’arrêt des cycles menstruels. Elle touche les femmes entre 40 et 55 ans et son arrivée peut perturber le quotidien. En effet, cette phase s’accompagne souvent de sécheresse vaginale ou d’infections urinaires. La femme ménopausée doit accorder une attention particulière à son hygiène intime, prendre soin de son intimité car ses parties intimes sont fragilisées. Son attention doit être toute particulière à cause d’une sécheresse vaginale et de fuites urinaires plus fréquentes.

Les gestes à faire 

  • La toilette intime doit être quotidienne, une à deux fois par jour avec des produits spécifiques ;
  • Face à la sécheresse intime, il est important de s’hydrater correctement, d’utiliser un produit nettoyant adapté et d’éviter le rinçage à l’eau claire qui peut assécher les muqueuses ;
  • Côté sous-vêtements, préférer le coton aux matières synthétiques (qui favorisent l’apparition de germes et de mycoses) ;
  • Pour prévenir les fuites urinaires, se muscler le périnée peut aider ;
  • Le port de matières naturelles telles que coton est préférable pour les sous-vêtements car les fibres synthétiques, telles que l’élasthanne ou l’acrylique, favorisent l’apparition de germes et de mycoses.

Les gestes à éviter

  • Les douches vaginales sont à proscrire ;
  • Eviter de porter des vêtements trop serrés ;
  • Ne pas utiliser d’ovules ou de produits intimes en cas d’irritation ou de sécheresse vaginale sans avis médical.
  • Les douches vaginales ou les lavages répétés avec des savons agressifs (parfums, alcool) sont évidemment à proscrire

Ménopause et sécheresse vaginale

La ménopause est précédée d’une période appelée la pré-ménopause. Avec celle-ci débutent les irrégularités du cycle menstruel. Les cycles peuvent être plus courts et les règles plus abondantes. Une sécheresse vaginale s’installe chez plus de la moitié des femmes ménopausées. Souvent tabous, ces troubles doivent être pris en charge car ils peuvent perturber les rapports sexuels et la vie de couple. Les voies génitales subissent ces modifications en raison de l’arrêt des sécrétions hormonales.

L’épaisseur de la muqueuse vaginale diminue. Elle est fragilisée, les rapports sexuels peuvent la faire saigner. Elle devient également plus sensible aux infections car l’acidité locale protectrice diminue. Le vagin perd son élasticité et s’assèche, rendant les relations intimes douloureuses. Il ne faut pas laisser cette sécheresse s’installer. Il est conseillé d’en à votre médecin ou gynécologue. Des traitements hormonaux ou locaux peuvent y remédier.

Bien-être sexuel après la ménopause

Une santé sexuelle satisfaisante est garante de bien-être physique, émotionnel, mental et social. Mais après la ménopause, il n’est pas rare que les femmes éprouvent des problèmes sexuels qui peuvent alors compromettre leurs relations, leur santé mentale, leur fonctionnement social et même leur qualité de vie en général. Le bien-être sexuel diminue en effet fréquemment après la ménopause et peut être associé à une détresse personnelle et relationnelle importante. Cette détresse est le signe distinctif de la dysfonction sexuelle féminine (DSF). Baisse de la libido, sècheresse vaginale, appréhension psychologique sont autant de problèmes auxquels les femmes en situation de ménopause font face.

Pour atténuer les effets de la ménopause sur la sexualité il est conseillé d’avoir recours à certains traitements hormonaux. Ceux-ci permettent de conserver son appétit sexuel si aucune contrindication n’est observée. Il faut ensuite savoir aborder le problème en toute connaissance de cause. La ménopause marque la fin de l’ovulation et donc les pics de désirs qui y sont normalement associés. Il est en outre conseillé de réinventer son histoire sexuelle et sa relation avec son partenaire, en cultivant par exemple, la sensualité plus que la sexualité.

Honorer les femmes

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime qu’en 2030, 1,2 milliard de femmes seront âgées de 50 ans ou plus et qu’un nombre croissant de ces femmes peut s’attendre à vivre plusieurs décennies après la ménopause. La Journée Mondiale de la Ménopause a pour objectif d’honorer toutes les femmes et de sensibiliser à la santé de celles-ci en phase de ménopause.

Elle vise les millions d’entre elles qui, partout dans le monde, arrivent chaque jour à ce stade vital de leur vie, même si bon nombre d’entre elles ne comprennent pas bien ce qu’est la ménopause et quels sont ses impacts sur leur santé. Ce jour particulièrement, l’International Menopause Society (IMS) presse les nations de prendre des mesures actives pour éduquer les femmes concernant les implications de la ménopause pour la santé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here