C’est pour déterminer les circonstances exactes de cette disparition tragique.

Au Cameroun, l’annonce du décès de Me Sylvain Souop au Centre des Urgences de Yaoundé (Cury) a provoqué un vif émoi. C’est que, la disparition du Coordinateur du Collectif des avocats de l’opposant politique au régime en place Maurice Kamto, ne laisse aucune couche sociale camerounaise indifférente. Victime d’un accident de la circulation dans la nuit du 10 au 11 janvier dernier à l’entrée de la ville de Bafoussam en provenance de Dschang, le membre du Conseil de l’Ordre des avocats du Cameroun avait été admis dans cet établissement hospitalier pour être opéré d’une facture du bras.

Il a fini par y perdre la vie, pour « défaut d’anesthésie ». Il n’en fallait pas plus pour susciter de vives émotions et de multiples interprétations aussi bien au sein de sa famille nucléaire que celle politique. C’est pour déterminer les circonstances exactes de ce décès que le ministre de la Santé publique (Minsanté), a diligenté une enquête administrative. « Suite au décès de Me Souop Sylvain survenu au CURY, le 16/01/2020, je viens d’instruire une enquête administrative en même temps que j’ai saisi l’Ordre National des Médecins, pour connaître les circonstances exactes de cette importante perte. Sincères condoléances à sa famille ».

Telle est la substance du message de Manaouda Malachie. Cette commission administrative a à sa tête le Dr Zoa Nanga, Inspecteur général des services au ministère de la Santé et se compose du DAG, Me Boukar, également directeur des affaires juridiques au Minsanté, et de deux anesthésistes, le Pr Essiene et Pr Owono. Pour l’heure, c’est loi de l’omerta au sein de cette formation sanitaire incriminée ici. D’après des indiscrétions, le Directeur, Dr Bitang Louis Joss, doit faire un compte rendu à sa hiérarchie et aux autorités judiciaires.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here